NICE MATIN, 17.01.2009

Alain Prost: «Tant qu'il y a du plaisir...»


Recueilli par Gil Léon

Depuis deux ans, le premier de la glace, c'est lui. Comme en Formule 1, au siècle dernier, Alain Prost n'a pas tardé à s'installer au sommet du Trophée Andros. Va-t-il le rester? Jamais deux sans trois? Possible, mais pas sûr! Car jamais la Toyota Auris numéro 1 n'a pointé sa calandre en tête du classement général lors des huit premières courses du cru 2009. La faute principalement à une concurrence de plus en plus féroce conduite par un Jean-Philippe Dayraut (Skoda Fabia) qui rêve de détrôner la sacrée tête d'affiche du show hivernal. Le tournant d'Isola 2000 tombe donc à pic pour celui qui a redémarré hier soir avec l'ambition de prolonger son impressionnante invincibilité (quatre victoires d'affilée en 2007 et 2008) dans la station du Mercantour.

Alain, comment jugez-vous votre première moitié de saison? Plus difficile que prévu?
Non, je savais qu'il n'y aurait rien d'aisé. Je ne suis pas parti en pensant dominer tout le monde, le bras à la portière. J'ai connu une année 2008 assez chargée et ce fut un peu plus difficile de me remettre dans le bain de la compétition en décembre. En outre, côté voiture, on a connu deux ou trois problèmes techniques qui ont perturbé notre progression. Heureusement, tout est résolu maintenant.

Après l'hiver de la conquête et celui de la confirmation, pourquoi remettre ša alors que vous n'avez plus rien à démontrer?
ant qu'il y a du plaisir, je roule. Et puis le Trophée Andros m'a beaucoup apporté. Il m'a offert une seconde vie de pilote. Donc, en cette période de crise, assez difficile, je lui rends la pareille, quelque part, en prolongeant ma présence.

Quelle que soit l'issue du présent championnat, serez-vous encore là en 2010?
Tout dépendra des partenaires. Toyota France a choisi de cesser son engagement en fin de saison dernière. Par conséquent, il faut déployer plus d'énergie pour monter le programme. L'envie de courir est bien là. C'est important mais ša ne suffit pas.

Isola 2000?
A propos de plaisir, ici, j'en prends toujours un maximum. Sur ce circuit, comme à Serre-Chevalier, j'ai un super feeling. Je l'aime beaucoup. Et lui m'apprécie apparemment tout autant...

Pour conclure, en quelques mots, que pouvez-vous nous dire concernant l'avenir du Grand Prix de France de F1?
La piste de Disneyland Paris a dû être abandonnée, hélas, mais Flins possède un dossier qui tient la route. A mon avis, il s'agit de notre seul espoir. Un sérieux espoir.



Back to interview-page!

Alain Prost-Infopage

prostfan.com

prostfan.com © by Oskar Schuler, Switzerland