PRIX EDITIONS, 23.11.1989

PARADOXAL PROST - CHAMPION DU MONDE!



This interview is also available in English!
Many thanks go to Sylvie Lacord for translating this interview!

Sacré Champion du Monde pour la 3ème fois, dans des circonstances très controversées, Alain PROST considère 1989 comme sa pire année en Formule 1. Comment un triomphe comme celui-ci peut-il mal tourner? Dans ce court extrait, tiré d'une importante interview à paraître dans le prochain numéro de Prix Editions, Patrick Camus, un ami de Prost, tente de comprendre.

PROST PARLE DE McLAREN
Ron Dennis a perdu beaucoup de son autorité, et par conséquent, l'équilibre de l'équipe en a beaucoup souffert. C'est toujours excellent pour un constructeur, de recruter les deux meilleurs pilotes du moment. Maintenant, bien sur, avec le recul, je regrette la situation dans laquelle je me suis retrouvée. J'étais dans un contexte très amical, détendu, tout le monde me soutenait, et je suis devenu Champion du Monde une seconde fois! Jamais je n'aurais pu penser que Ron Dennis avait décidé de jouer la carte SENNA à fond, et sur toute la ligne. Si au moins il m'en avait informé, j'aurais pris mes dispositions. Les problèmes de personnes, les conflits que j'ai subis pendant deux ans chez Mc Laren, m'ont trop perturbé, et m'ont empêché de m'investir à 100% dans mon travail.

PROST PARLE DE SENNA
J'ai mes raisons de plaindre Senna, parce qu'il sera malheureux un jour, le jour où il cessera de gagner, le jour où il n'aura pas le meilleur matériel. La seconde place, pour lui, c'est le pire échec qu'il puisse connaître! Oui, vous pouvez être désolé pour lui. Si j'avais du raisonner comme a, Senna serait encore chez Lotus. Lui avec ses problèmes, et moi avec un nouveau titre mondial. Les gens me féliciteraient parce qu'avec le même moteur, lui il serait à des kilomètres derrière moi. Il est très rapide, bien plus rapide que moi dans certaines conditions. Il prend aussi davantage de risques. C'est à lui d'estimer si ces risques en valent la peine ou non. Il me rappelle le Prost que j'étais il y a quelques années, et je réalise maintenant ce que j'ai fait subir à Lauda quand j'étais son coéquipier.

PROST PARLE DE FERRARI
C'est l'aventure dont j'avais besoin. Je ne pouvais pas mettre un terme à ma carrière après deux années de frustrations, où il ne m'a pas été possible de montrer ce que je suis capable de faire. Mc Laren restera "mon équipe", mais tous les pilotes rêvent porter les couleurs de Ferrari un jour. D'un autre côté, vous ne pouvez pas non plus vous laisser aveugler par ce rouge, en ne pensant qu'à la légende et au mythe. Disons que je vais au bon endroit au bon moment, en souhaitant que 1990 m'apportera les satisfactions que je n'ai pas connu en 1989.

PROST PARLE DE MANSELL
Mansell est un pilote très rapide, qui n'est pas facile à battre. Mais c'est notre travail de contester la suprématie des autres. L'essentiel c'est que l'on s'entend très bien tout les deux, et j'espère que a va continuer. Ce qui se passera sur le circuit ne changera rien entre nous. C'est une question de bon sens, c'est tout. Nigel et moi avons beaucoup de choses en commun, on a la même attitude en course. Senna se pourra jamais s'entendre avec un coéquipier de sa valeur.

PROST PARLE DE LA FORMULE 1
Le problème majeur, en F1, c'est que tout est basé uniquement sur les résultats, sur les litiges, les conflits, et le plaisir ne signifie plus rien pour personne. Et franchement cette année, tout a m'a vraiment écuré. J'arrive sur les circuits sans avoir l'envie d'y être, comme si je n'étais là que pour trouver autre chose, ailleurs.

PROST PARLE DE LA PEUR
J'ai la chance de ne jamais avoir connu d'accident sérieux, donc je ne sais pas vraiment ce qu'est la peur. Mais depuis l'accident de Didier Pironi, à Hockenheim, quand sa Ferrari s'est projetée à l'arrière de ma Renault, j'ai hésité quand je me suis retrouvé face à certains risques. Je ne veux pas connaître ce que Pironi a vécu, et ce que continue à vivre Clay Regazzoni. Ne plus jamais pouvoir marcher, être pour toujours dans un fauteuil roulant, c'est la pire des choses qui puissent arriver à un pilote. Chaque fois que l'on voit un accident grave, je pense qu'il y a quelque chose qui se brise dans notre subconscient...




Back to interview-page!

To Prost-infopage!

To prostfan.com!

prostfan.com © by Oskar Schuler, Switzerland