AUTO HEBDO, 15.11.1979

Prost: apprenti et sorcier


This interview has been sent in by Pierre Tritten. Best Thanks to Pierre!

- par René ALEZRA -

Surprise en ce mardi 6 novembre sur la piste du circuit Paul-Ricard. Alors que le temps des essais privés inter-saison bat son plein, le jeune champion d'Europe de F3, Alain Prost (24 ans), effectue ses premiers tours de roues en Formule 1. L'écurie McLaren, à l'instar de Lotus deux semaines auparavant, avait convié ce dernier et l'Américain Kevin Cogan à se relayer au volant d'une M29. Double surprise lorsque Prost, se montrant très à son aise, retiendra fortement l'attention du directeur Teddy Mayer: ceci au point d'éclipser "son rival" qui devra, aussitôt, plier bagages. Faisant forte impression lors de ces journées d'essais, il est maintenant fort probable qu'Alain disputera avec l'équipe anglaise le championnat du Monde de Formule 1 1980.

Entre la fin du Championnat de Formule 3 et ces essais avec McLaren, que s'est passé?
Je suis allé aux deux Grands Prix américains pour établir des contacts et voir des chefs d'écurie. Cela ne s'est pas trop mal passé, à part le fait d'avoir appris que je n'irais pas chez Ligier. De nombreuses personnes se sont intéressées à moi, mais il fallait malgré tout une grosse somme d'argent. Jusqu'à ces essais aujourd'hui, j'ai eu une période non pas de doute mais disons d'anxiété.

Comment se sont passés les contacts avec McLaren?
C'est d'abord Marlboro qui m'a contacté au Canada. On a un peu discuté et ils pensaient me faire courir le Grand Prix de Watkins Glen. J'ai été surpris mais content qu l'on me fasse confiance. Mais en fait, cela ne m'enchantait guère de conduire une Formule 1 du jour au lendemain, surtout sur un circuit que je ne connaissais pas. J'ai refusé. Ils ont été très aimables et après concertation avec Teddy Mayer, ils ont convenu qu'il était préférable pour moi de me faire faire un essai sur un circuit que je connaissais.

Tu as eu d'autres contacts avec des écuries de F1?
Oui, mais tous ne se sont pas concrétisés. Lotus m'a proposé de faire un test en décembre.

Ces essais, comment se sont-ils déroulés?
Je suis arrivé sur le circuit lundi 5 où j'ai rencontré Mayer. On a parlé de beaucoup de choses mais pas des essais. L'écurie McLaren avait amené une M29 modifiée que Watson devait se charger de faire progresser et un mulet pour Cogan et moi. C'est Watson qui a tourné le premier mardi avec le mulet, pour faire en temps de base, et certainement aussi pour m'étalonner. Il a fait 1'9"5 puis j'ai pris la voiture et après 40 tours, j'ai inscrit 1'9"4. Les essais ont duré toute la journée, mais disons que j'étais plus attaché à prendre en main la McLaren qu'à faire des temps. Comme Teddy Mayer voulait juger mon comportement de metteur au point, on a essayé pas mal de choses. On a changé de nombreuses pièces, que ce soit des ressorts, des barres out ailerons, etc. C'était donc plus une séance de travail. Le lendemain, mercredi, je me suis appliqué encore à faire évoluer la voiture, et en fin d'après-midi, j'ai réalisé 1'8"7, améliorant à nouveau mon chrono. Watson m'a dit que c'était très bien parce que l'auto est le "mulet" de l'année dernière avec des pneus très durs (ils étaient complètement morts puisqu'ils avaient près de 300 km). De plus, elle freinait mal et j'avais un problème avec mes pieds qui touchaient la crémaillère. J'en suis, de ce fait, très content, sans chercher à faire du triomphalisme. C'est une satisfaction personnelle car je crois que je suis capable de conduire une F1. Jeudi, enfin, il n'était pas prévu que je tourne puisque c'était au tour de Kevin Cogan. Il s'est tout de suite arrêté, après un entretien avec Mayer, car il n'a pas fait mieux que 1'12" et de nombreux tête-à-queue.

Cela a-t-il été agréable de travailler avec l'écurie McLaren et notamment Teddy Mayer?
Oui car j'ai vraiment apprécié leur méthode de travail. Ils sont très sérieux, même vis à vis d'un pilote comme moi, qui arrive de la F3 et qui n'a pas du tout d'expérience. On m'a fait confiance et c'est appréciable. La semaine dernière, j'ai fait mon baquet en Angleterre, cela dénote du sérieux dont ils font preuve. On m'a tout de suite accepté et je n'avais pas l'impression d'être un gars issu de la Formule 3, qui tourne pour la première fois mais celle d'être un pilote essayeur. Après quelques tours, j'ai pu donner des renseignements sur la voiture et ils ont été très contents, voire enchantés. Quand j'ai voulu avoir un peu plus de barre ou d'aileron, Mayer ne m'a jamais dit non, c'était O.K. de suite.

Une réponse quand?
D'ici une quinzaine de jours. Je serai tout à fait enchanté de courir pour McLaren. Je suis sûr en allant chez eux, de ne pas me louper. Je signerai aussitôt car ce sont des gens sympathiques et qui m'ont fait confiance les premiers.

Tu penses que McLaren peut revenir au top niveau en 1980?
D'après ce que j'ai vu, la nouvelle McLaren qui est une F1 de cette année modifiée, a fort bien marché. John Watson a fait 1'16"7 et comparativement aux temps des Ferrari et Renault, ce n'est pas mal du tout, surtout avec des pneus durs. Je pense que c'est de bon augure pour l'avenir. Je crois que l'écurie va sortir très tôt sa toute nouvelle Formule 1, peut-être même avant le premier Grand Prix.

Pas trop dépaysé entre la Formule 1 avec sa fabuleuse puissance et la Formule 3?
Il y a une grosse différence mais je n'ai pas été surpris. C'est vraiment ce à quoi je m'attendais. Au point de vue direction, puissance, lourdeur et vitesse de passage en virage, je n'ai pas eu de gros problèmes. Par contre, pour chercher les derniers dixièmes, il faut sûrement se dépenser. Pour la puissance, c'est extra parce que en F3, on a toujours envie que cela avance un peu plus. Mais même là, alors que ša pousse terriblement en sortie de virage, dès qu'on commence à avoir l'habitude, on a envie qu'il y ait encore plus de chevaux. De toute fašon, plus on en a, plus on en veut...

Est-ce que tu penses que ton ascension jusqu'à la Formule 1 a été normale?
Ma carrière a été logique et je n'ai pas eu trop de bas. Mais cela aurait pu être plus long, ou plus rapide aussi. Ce qui est un peu dommage, c'est ma saison en F3 en 1978. On n'a pas trop bien marché car la voiture n'était pas encore au point. Si on avait eu le matériel de cette année, on aurait pu être champion. Ce que je voudrais dire surtout, c'est au niveau de la promotion du sport automobile. Quand on voit que j'ai gagné le Championnat d'Europe de F3, le Championnat de Formule Renault et celui de Formule Renault Europe et qu'on ne puisse accéder à la F1, sans avoir 200 à 300 millions, ce n'est pas normal. A ce compte-là, dans quelques années, ce sera le plus riche qui gagnera le Championnat du Monde. La F1, c'est une affaire commerciale et publicitaire mais heureusement, il reste encore quelque chose au pilote. Dommage cependant que la part de celui-ci ne soit plus aussi importante qu'à une certaine époque.



Back to interview-page!

To Prost-infopage!

To prostfan.com!

prostfan.com © by Oskar Schuler, Switzerland