TSR.CH, 08.05.2005

Grand Prix de Pau -
Alain Prost remonte sur un podium


Alain Prost est remonté dimanche sur un podium de course automobile, à l'occasion du Grand Prix de Pau: il a terminé 2e, à bord de la Chrysler Viper qu'il partageait avec Jean-Pierre Jabouille, de la course comptant pour le Championnat de France de Grand Tourisme (GT).

Le quadruple champion du monde de Formule 1, âgé de 50 ans, effectue cette saison son grand retour sur les circuits franšais, à bord d'une Viper portant symboliquement le numéro 50. Il explique ce retour par "le plaisir de courir" et va sans doute le prolonger au delà des trois ou quatre courses qu'il envisageait au départ.

Pourquoi ce retour à la compétition?
Quand on a connu la Formule 1, on peut estimer qu'il n'y a rien de mieux. Mais le plaisir de courir passe au dessus de tout. Celui de piloter, mais aussi de retrouver les gens qui m'ont suivi, qui m'ont soutenu au long de ma carrière. Je sens de la nostalgie dans le public, les gens aiment venir me voir. Et puis, je ne suis pas blasé. Je prends mon rôle avec le plus grand sérieux, mais en toute humilité, avec mes amis de l'écurie Exagon. La vérité, c'est que je m'amuse. Le GT, après le Trophée Andros (sur glace) cet hiver, me permet de sortir de mon champ de compétence. Ce côté exotique me stimule.

Comment expliquer que vous n'ayiez gagné aucune des six premières courses de la saison (trois étapes) en championnat GT?
Nous débutons à ce niveau, nous arrivons petit à petit à nous rapprocher des meilleures écuries. Mais nous connaissons encore des problèmes moteur. Et puis lors du 2e week-end de la saison, à Lédenon, Jean-Pierre (Jabouille) a commis une faute, il est sorti. Il n'est pas arrivé à Pau en confiance. Dans ces conditions, un premier podium est très satisfaisant. Fin mai, nous serons à Dijon, le circuit où Jean-Pierre et moi nous avons remporté notre premier Grand Prix de Formule 1. Au tout départ, je ne devais participer qu'à trois ou quatre courses en GT. Ce sera sans doute plus.

Vous-même en GT, votre fils Nicolas (22 ans) en Formule Renault. Qui est le plus stressé, Alain Prost le pilote ou le père?
C'est plus sympa de partager avec lui un week-end de courses que d'attendre un appel pour connaître ses résultats, mais c'est en même temps plus compliqué à gérer. La pression est plus grande. Mais il me dit que c'est aussi dur à vivre pour lui, à croire que nous sommes masos! Et pour l'étape du mois de septembre au Mans, je serai associé à Nicolas en GT.



Back to interview-page!

To Prost-infopage!

To prostfan.com!

prostfan.com © by Oskar Schuler, Switzerland